Les crédits renouvelables

Il est toujours préférable d'opter pour un prêt personnel, moins cher qu'un crédit renouvelable. Soit vous avez besoin d‘emprunter une somme d'argent pour acheter un bien précis, et vous remboursez votre crédit progressivement à un taux raisonnable (entre 5 et 8 %, selon les biens ou services à financer, le montant, la durée...). Soit il s'agit de combler un découvert chronique et, moyennant un remboursement mensuel raisonnable, vous éviterez ainsi les nombreux frais associés au découvert.

Rachat de crédit: pas si miraculeux...

Vous avez cumulé les crédits et vous vous retrouvez à la tête de mensualités importantes que vous ne parvenez pas à honorer ? Ramener vos mensualités de 1 000 à 700 €, par exemple, peut apporter une bouffée d'oxygène non négligeable, mais cela a un coût. Pour parvenir à de tels résultats, le professionnel allonge la durée de vos crédits, ce qui alourdit considérablement le coût final de l'emprunt. Si vous êtes dans une situation difficile, prenez contact avec plusieurs sociétés, en recherchant des taux et des durées acceptables, Deux établissements proposent des regroupements de crédits à des conditions financières plutôt raisonnables : 

  • le Crédit mutuel et 
  • La Banque postale.

Le surendettement

1989: loi Neiertz; Le débiteur qui n’arrive plus à payer ses dettes peut déposer un dossier de surendettement devant la commission encadrée par la Banque de France. Si votre dossier est recevable, la commission de surendettement opte pour le plan conventionnel de redressement amiable ou le rétablissement personnel pour effacer les dettes lorsque la situation est irrémédiablement compromise.

2003: loi BorlooLes biens du débiteur font l’objet d’une liquidation judiciaire mise en œuvre par un mandataire. Le mandataire organise ensuite un suivi social pour aider le débiteur à surmonter l’épreuve.

Toutefois, cette solution vient réellement qu’en dernier recours. Elle permet au débiteur de continuer à rembourser ses dettes petit à petit et de ne pas se retrouver seul dans une situation qu’il ne maîtrise plus.

2010: loi Lagarde: protège les débiteurs et facilite leur réintégration dans le tissu socio-économique. Les organismes de crédit sont davantage responsabilisés car leurs obligations sont renforcées. Le consommateur surendetté est mieux accompagné, l’information est plus transparente afin qu’il puisse comprendre exactement dans quoi il s’engage en faisant un crédit. Protégé, vous savez désormais qu’en signant un contrat de prêt, vous disposez d’un délai de quatorze jours pour vous rétracter. 
Enfin, la loi Lagarde a mis un terme au crédit indéfiniment renouvelable en obligeant à rembourser un minimum le capital emprunté à chacune des échéances. Ainsi, le coût du crédit pour l’emprunteur baisse significativement.

2014: loi Hamon: renforce le dispositif de protection du consommateur. Elle encadre mieux l’emprunt à la consommation grâce à la création du registre national des crédits aux particuliers géré par la Banque de France. Il recense les particuliers qui ont contracté ce type d’emprunt. De plus, la loi Hamon réduit la durée de sept ans, au lieu de huit ans, des plans de redressement des ménages surendettés ainsi que la durée d’inscription au FICP  [Le Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits].

________________________

2020: Moins de surendettés !

C ‘est le chiffre le plus bas depuis plus de vingt ans: 143 000 personnes ont déposé (ou redéposé)un dossier de surendettement en 2019, soit une baisse de 38 % sur cinq ans. Fait notable, la part des crédits à la consommation dans le surendettement des ménages est en baisse continue. 
Désormais, près d'un ménage surendetté sur quatre n'en a aucun. Les lois Lagarde (2010) et Hamon (2014) ont joué un rôle déterminant dans ces résultats, en mettant un terme aux ravages du crédit revolving. En huit ans, l'encours des dettes de crédit à la consommation des surendettés a ainsi baissé de 2 milliards, soit 47 %.