L'alimentation

Dossier "Le consommateur d'alsace" n°202, Janvier 2012

Les sodas light à éviter :

(Que-Choisir n°512, mars 2013) Une étude de l'Inserm portant sur 66'000 femmes montre que les risques de diabète de type 2 sont:

femmes buvant de l'eau ou des jus de fruits 1
femmes buvant 1,5 litres/semaine de soda sucré 1.5
femmes buvant 1,5 litres/semaine de soda à l'édulcorant (aspartame) 2.3

une étude a aussi montré que l'augmentation du taux de sucre dans le sang était similaire avec une boisson à l'aspartame et avec une autre sucrée.

Risques alimentaires

Les pesticides:

Les produits phytosanitaires sont utilisés pour lutter contre les insectes, les champignons et les herbes concurrentes. La France est le premier utilisateur de pesticides en Europe et le quatrieme au monde (1Etats-Unis, 2Bresil, 3Japon).

L'étude menée pa L'EFSA montre que 60% des aliments examinés en contenait (consommateur d'alsace n°189).

On trouve dans les aliments de nombreux persitcides différents. Alors que la dose pour chacun est "normée". Il n'y a pas de limitation du nombre de pesticides au "total". L'effet de ces "Coktails" est redoutable.

Nous avons été impréssionnés par le nombre important de molécules différentes retrouvées, sucsceptibles d'avoir des propriétés cancérigènes ou pouvant perturber le système endocrinien. (MDRGF)

les OGM:

Les produits alimentaires élaborés avec des produits OGM sont nombreux: Pâtes, céréales, maïs, colza (...). Greenpeace les énumère : Guide de produits avec ou sans OGM (en Alsace). Pour l'heure, il n'existe aucune certitude. Les filiéres ne sont pas séparées. Dès lors, aucune aucune étude sanitaire à grande échelle n'est disponible.

les nitrates:

Les nitrates sont des composés d'azote et d'oxygène présents à l'état naturel dans notre environnement. On utilise des fertilisants azotés qui favorisent leur formation (le lisier et les eaux usées). La concentration des nitrates réduit la capacité d'oxygénation de l'organisme.

Selon la DREAL Alsace notre région est particuliérement concernées par une contamination des ses eaux par les nitrates.

Le bisphénol A:

(voir article: Toxiques)

Les phatlates:

(voir article: Toxiques)

Les antibiotiques:

Jusqu'en 2006 les antibiotiques servaient comme activateur de croissance. Depuis ils servent a prévenir la contamination des animaux. On retrouve des résidus d'antibiotiques dans les viandes d'élevage, dans les poissons, dans le lait et dans l'eau. Ces antibiotiques accroit notre résistance aux antibiotiques pharmaceutiques.

Les hormones:

Progestérone, testotérone, oestradiol 17b, ... .Elles sont nombreuses. Certaines d'entre elles sont accusées d'avoir des effets neurobiologiques.Les hormones de croissaances sont interdites en europe. Il faut éviter les viandes américaines.

Les PCB:

Retirés de la vente depuis 20 ans, les polychlorobiphényles sont des produits chimiques dérivés du chlore, utilisés dans l'industrie (lubrifiants, composants de peinture, de soudure ...). L'une de leur caractéristiques réside dans la longétivité de leurs effets. Ils continuent à polluer l'eau.

Le centre de recherche sur le cancer (CIRC) classe le PCB comme cancérigène probable. Les PCB sont des perturbateurs endocriniens. Ils diminuent aussi les défenses immunitaires, causent des problèmes de thyroïde, des troubles du développement mental et moteur.

La contamination au PCB est surveillée par la DREAL Alsace.

Les farines animales:

L'europe projette la réintroduction des proteines animales. Si la réintroduction des proteines animales ne concerne que les espéces où les maladies à prion (agent pathogène responsable, entre autre, de la tremblante du mouton) sont jusqu'ici inconnues, comme le porv, la volaille et les poissons. La commission européenne maintien l'interdiction de donner des protéines animales à des ruminants. Selon les travaux de l'EFSA dans ce contexte le risque d'exposition de l'homme à l'ESB serait "négligeable".

Les encres:

Que Choisir a réalisé un test sur 20 produits alimentaires vendus en france. On trouve des traces d'huiles minérales dans 14 de ces aliments. Le couscous graine "Tipiak" contenait 50 fois la dose maximale recommandée. Selon la legislation, les encres relatives à l'impression d'emballage ne doivent jamais être en contact direct avec l'aliment.

Les additifs:

Théoriquement la réglementation européenne autorise l'utilisation d'un additif que s'il ne pose pas de probléme. Cela étant, les choses ne sont pas aussi simples. D'ailleurs, d'année en année, la liste des additifs retirés s'allonge.

 

 

 

 

 

mercredi 07 février 2018

  « Les friandises sont riches en additifs alimentaires comme le bleu patenté V (désigné sur les étiquettes par le code E131), accusé d’être un allergène et interdit dans plusieurs pays comme l’Australie et les Etats-Unis. » pierre


Les commentaires sont fermés.