1950-le principe "activité"

libre activité, libre circulation, auto-évaluation autant de démarche qui suppose une retenue de la relation adulte/enfant.

Freinet théorise l'idée de tâtonnement expérimental dans « Essai de psychologie sensible appliquée à l'éducation (1950). Le petit enfant esquisse une multitude de gestes et s'en tient à ceux qui ont réussi. Progressivement, intègre les acquis de l'expérience. De même les adultes cherchent à connaître par essai, analyse, hypothèse, vérification.

Cette idée est proche de la psychologie fonctionnelle de Calparède. Le psychologue genevois postulait que toute adapation procède par tâtonnement et ajustements successifs. Il proposait une pédagogie des essais et erreurs, où le principe de jeu avait une place prépondérante.

Freinet

Il y a un jeu pour ainsi dire « fonctionnel », qui s'exerce dans le sens des besoins individuels et sociaux de l'enfant et de l'homme, un jeu qui prend sa racine au plus profond du devenir ancestral (…). Ce jeu, qui est essentiel, au petit animal comme au petit homme, c'est, en définitive du travail, mais du travail d'enfant, dont nous ne saisissons pas toujours le but. (…) Pour l'enfant, ce travail-jeu est une sorte d'explosion et de libération, comme en ressent encore de nos jours, l’homme qui parvient à se donner une tâche profonde qui l'anime et l'exalte ». 1967, p118.

 

 

 


Les commentaires sont fermés.