2004-Valeur de l'art, la spontanéité

Dessin, peinture, scultpture. R.Lelarge VEN n°516.

R.Lelarge reprend à son compte la distinction entre activité motrice et activité symbolique. (voir les autres articles). Il évoque à l'occasion des expériences pédaogigques -expositoin SEHEN- le goût du "geste" et la quête de son efficacité et la découverte de sa "puissance". Henri Wallon et de la revue enfance explicite le défi qu'est l'investissement physique d'un espace abstrait (la projection sur  deux dimensions étant une abstraction du volume et du temps de la réalité).

R.Lelarge relativise ainsi les lectures symbolique de l'expression plastiques. La dimension symbolique et la dimension motrice sont

Combien de fois nous avons été surpris par des réussites éclatantes, d'un essai spontané, parfois temporaire il est vrai.

Un portrait à la maniére de Debuffet, une Chevelure à la Léonard, une abstraction à la Bazaine.


Les commentaires sont fermés.