Marianne

L'amiante a beau avoir interdit il y a vingt ans, en 1997, il est toujours d'actualité. Régulièrement, il fait les gros titres de la presse :

  • ici, en raison de sa découverte dans la salle informatique d'un lycée ; 
  • là parce que ceux qu'il a rendus malades se mobilisent pour demander réparation... 
Chaque année, l'amiante provoque encore 2 200 nouveaux cas de cancer et 1 700 décès, selon les estimations de l'Institut national de veille sanitaire en 2015. 

Lorsqu'elle est inhalée, cette fibre naturelle,de 400 à 500 fois moins épaisse qu'un cheveu, se dépose au fond des poumons et provoque de graves maladies respiratoires : plaques pleurales, cancer des poumons, de la plèvre... Des effets néfastes pourtant connus bien avant son interdiction. 

Des millions de victimes, souvent des travailleurs, y ont été exposées de façon prolongée, développant des maladies parfois quinze ou vingt ans plus tard. Un double scandale et une double peine : non seulement ces personnes ont été intoxiquées, mais, pour l'heure, aucun responsable n'a été condamné. En 2017, plusieurs non-lieux ont ainsi été  prononcés par la justice dans des affaires emblématiques:

  • chantiers navals de Dunkerque, 
  • campus de Jussieu... 
après vingt ans d'instruction.