Qu'est-ce qui ne se voit pas, se pratique quotidiennement et machinalement et cause chaque année plus de 500 000 morts en Europe ? 
Le simple fait de respirer. L'air qui passe dans nos narines est devenu une substance nocive. 
En France, la pollution atmosphérique causerait quelque 48 000 décès par an, un fardeau qui correspond à 9 % de la mortalité du pays et à une perte d'espérance de vie à 30 ans pouvant dépasser deux ans, selon les estimations de l'agence Santé publique France en juin 2016. 
« La pollution de l'air représente un risque majeur pour la santé », alerte l'Organisation mondiale de la santé (OMS), constatant que 92% de la population mondiale vivaient, en 2014, dans un endroit où ses lignes directrices en la matière ne sont pas respectées.
« La santé cardiovasculaire et respiratoire de la population, à court et long termes, est inversement proportionnelle au niveau de la pollution atmosphérique », poursuit l'OMS.

Principales responsables : les particules fines. 

Celles-là sont émises par la nature, lors de phénomènes comme les éruptions volcaniques ou les feux de forêt, mais aussi et surtout par l'homme, en raison de ses activités (industries, transports, agriculture, chauffage résidentiel...). Toxiques, ces particules pénètrent en profondeur dans les poumons, générant des pathologies respiratoires et Cardio-vasculaires, des cancers...

La pollution de l'air pourrait aussi être responsable de troubles de la reproduction et du développement de l'enfant, de maladies endocriniennes ou neurologiques. Le coût sanitaire de toutes ces pathologies est considérable : une commission du Sénat l'avait évalué, en 2015, entre 68 et 97 milliards d'euros. 
« La pollution n'est pas qu'une aberration sanitaire, c'est aussi une aberration économique », soulignaient les sénateurs. 
Des solutions existent pourtant, notamment dans le secteur automobile. Au Japon, la ville de Tokyo a réussi à faire diminuer le taux de mortalité par maladie pulmonaire de 22 % grâce à une politique déterminée contre les moteurs Diesel, comptant parmi les principaux émetteurs de particules fines.