14 ans après, énième relance Are maladie et ministère de la Santé se sont associés pour ranimer le dossier médical partagé (DMP). Prévu par la réforme de l'assurance maladie de 2004, le DMP, censé rassembler tous les éléments relatifs à la santé d'une personne, ne s'est jamais vraiment développé. Dans la version aujourd'hui promue par l'assurance maladie, il peut être créé directement par les patients, avec ou sans l’aide de leur médecin traitant. L'accès est simple, grâce à un identifiant, un mot de passe et un code à Usage unique généré à chaque connexion, mais nécessite de disposer d'Internet.
À l'usage, par défaut, tous les médecins consultés, à l'hôpital comme en ville, sont autorisés à consulter et à alimenter le DMP, à condition d'utiliser leur carte d'identification professionnelle (CPS).
Mais le titulaire du DMP (le patient) est libre d'en bloquer l'accès à un ou plusieurs médecins s’il le souhaite, et d'eninterdire la consultation y compris en cas d'urgence.
Reste à savoir si cet outil sera alimenté etutilisé. Car, pour les médecins traitants, l'entretien du DMP, et surtout la rédaction et la mise à jour d'une synthèse, risque de prendre du temps. Et sur Le plan technologique, tous Les logiciels actuellement employés par les praticiens et les hôpitaux ne sont pas compatibles.