Apple et Samsung condamnés en Italie 

L'Autorité de la concurrence itaL lienne arécemment sanctionné Apple et Samsung pour des pratiques commerciales qu'elle juge malhonnêtes. En cause, l'insistance avec laquelle Les deux fabricants ont poussé les consommateurs à installer des mises à jour du système d'exploitation (iOS ou Android) de leur smartphone alors qu'elles dégradaient leurs performances, ce que les deux géants ne pouvaient ignorer. En agissant ainsi, Apple et Samsung ont incité les utilisateurs à acheter des smartphones plusrécents.
Et à aucun moment, dans le processus de mise à jour, les clients n'avaient été prévenus des conséquences. L'Autorité menait l'enquête depuis janvier 2018 sur la base de témoignages de propriétaires du Samsung Galaxy Note 4 (qui avaient installé Android Marshmallow, version conçue pour le Galaxy Note 7) et de l'iPhone 6 (invités à installer iOS10, prévu pour l'iPhone 7). Samsung a annoncé qu'il allait faire appel, et Apple risque de limiter. L'entreprise dispose de 60 jours. À défaut d'être financièrement lourde, la sanction d'Apple et Samsung conforte le consommateur dans son droit à acheter des biens durables et réparables. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes dansle monde, mais l'Italie est le premier pays à sanctionner Les deux géants pour obsolescence programmée. En France, le parquet financier a ouvert une enquête contre Apple, en janvier 2018, pour obsolescence programmée et tromperie.
Le fabricant a en effet reconnu qu'il altérait volontairement les performances de ses iPhone à batterie vieillissante.
L'association HOP a également porté plainte contre Apple en décembre 2017.
ILest probable que des sanctions pour obsolescence programmée tomberont, d'autant que si l'Italie s'est appuyée sur une infraction au code de la consommation (dont la portée est européenne), la France bénéficie en plus d’un levier juridique: l'obsolescence programmée est en effet considérée comme un délit depuis la loi sur la transition énergétique de 2015. &