CE QUE CELA MESURE : le nombre de battements par minute.

POURQUOI C’EST ESSENTIEL : cela reflète votre état de santé et l’efficacité de votre système circulatoire. « Un nombre plus faible de battements par minute indique que votre coeur pompe plus de sang par battement et qu’il a donc besoin de moins de battements par minute pour faire circuler le sang et l’oxygène », déclare Myles Spar, médecin et conseiller pour la NBA. Une étude publiée dans le British Medical Journal a démontré qu’un rythme cardiaque au repos de 90 à 100 battements par minute triplait le risque de décès comparé à un rythme cardiaque plus lent. Utilisez un traqueur, ou faites comme à la vieille école, et comptez vos pulsations sur votre poignet pendant 15 secondes puis multipliez le résultat par quatre.

RYTHME CORRECT : 60 battements par minute (ou une cinquantaine pour les athlètes).

La variabilité du rythme cardiaque (QUOTIDIENNEMENT)

CE QUE CELA MESURE : la variation de temps entre les battements cardiaques.

POURQUOI C’EST ESSENTIEL : c’est une bonne façon de mesurer le stress. Les individus qui sont détendus et en forme ont une variabilité du rythme cardiaque élevée tandis que ceux qui sont stressés ou déprimés en ont une basse. (La méditation et le yoga peuvent vous aider.) C’est une information que délivrent certains traqueurs et certains moniteurs de fréquence cardiaque.

MESURE CORRECTE : c’est personnel. « Il vaut mieux ne pas comparer votre variabilité du rythme cardiaque avec d’autres individus », conseille Spar. Suivez plutôt la vôtre quotidiennement pour découvrir ce qui la modifie. Un athlète de haut niveau doit se trouver autour des 60 millisecondes. Si vous êtes au-dessus des 50, c’est bon.