2018-Hormones: testostérone

Men's Fitness: novembre 2018

Les chercheurs du NERI, qui ont observé durant neuf ans l'état de santé d'un groupe d'hommes âgés de 40 à 70 ans, ont vu que les victimes d'embonpoint ou d'obésité ont eu une baisse plus rapide de testostérone que ceux qui sont restés à un poids normal, Les hommes minces préservent donc leur virilité.

l'hormone peut compenser la perte de masse musculaire liée à l'âge. 

Selon des recherches menées par l'université américaine Tufts, la masse musculaire commence à baisser de 1 % par an dès l'âge de 30 ans. Ce qui équivaut à la perte d'environ 150 g de bonne viande rouge par an. Mais, lors d'une étude réalisée sur plus de quatre ans, les hommes présentant un taux plus élevé de testostérone ont perdu moins de masse musculaire que les hommes dont le taux de T était plus faible.
Cette perte musculaire est à surveiller, car elle contribue au ralentissement métabolique lié à l'âge, lequel peut alourdir le corps de près de 500 g de graisse par an. Peu d'hommes voient venir ce remodelage métabolique. Et même si vous maintenez votre poids stable au fil des ans, il se peut que les muscles cèdent peu à peu la place à la graisse, Ce revirement fatal pourrait faire baisser votre taux de testostérone de façon encore plus brutale.

Stimulez votre production de testostérone

PLUS D'HALTÈRES, MOINS DE JOGGING 

Les exercices de résistance déclenchent la sécrétion d'une bonne dose de testostérone. Levez des haltères qui ciblent différents groupes musculaires, limitez votre temps de repos entre les séries et faites un minimum de cardio.
La production d'hormones de croissance sera stimulée, accélérant ainsi le développement musculaire. C'est en puisant dans les réserves de glycogènes que votre corps prendra de l'énergie et brûlera plus de graisses (bye-bye les seins de mec).

Les décisions que vous prenez chaque jour ont un effet sur l'augmentation ou la diminution, voire l'arrêt, de votre production hormonale. Voici comment la stimuler, ou non.

OUI LE SOMMEIL

ll est primordial. Dormez 8 heures par nuit. Une étude de l'université de Chicago a démontré qu'un homme qui dort en moyenne 5 heures par nuit voit sa production de testostérone chuter de 15 %.

NON  L'ALCOOL

Un petit verre de temps en temps, oui, mais pas plus! Les études montrent que l'excès d'alcool accélère la conversion de testostérone et autres androgènes en œstrogène. Alors, pour accélérer la production de testostérone, la perte de poids et le développement musculaire, réduisez votre consommation d'alcool,

OUI > LES ÉRECTIONS

Lors d'une étude parue dans la revue scientifique The Archives of Sexual Behavior, on a mesuré le niveau de testostérone avant, pendant et après le visionnage d'un film pornographique. Le niveau était au plus haut entre 1 heure et 1 heure 30 après la fin du film, avec une augmentation moyenne du taux de testostérone de 35 %. Conclusion : ayez des relations sexuelles fréquentes. Une vie saine a parfois ses bons côtés!

NON» LE BPA

Le bisphénol À, utilisé dans les boîtes de conserve et emballages alimentaires, peut faire baisser votre taux de testostérone en vous exposant à des composants chimiques qui simulent la présence d'œstrogènes dans le corps. Évitez les produits conditionnés avec les mentions d'étiquetage 3, 6 ou 7.

LES ALIMENTS AMIS DE LA TESTOSTÉRONE

Les nutriments jouent sur la testostérone pour développer les muscles. Mais si vous suivez encore les vieilles méthodes pour perdre du poids - diminuer les calories, réduire les graisses alimentaires, fliquer votre consommation de viande rouge et d'œufs -, vous passez à côté de ces nutriments essentiels qui encouragent les niveaux de T, « l'anabolisme » ou le renforcement des muscles. Si vous voulez perdre 10 kg de graisse, vous muscler et booster votre testostérone, associez les exercices physiques aux règles alimentaires ci-dessous préconisées par Tara Gidus, diététicienne de l'équipe des Orlando Magic (NBA).

  1. NE BOUDEZ PAS LES CALORIES Les hommes soumis à un rythme physique intensif et qui n'ont pris que 1800 kilocalories par jour ont vu leurs taux de testostérone chuter de 40 à 50 % en cinq jours. « Consommer assez de calories évite le ralentissement de la production de testostérone. Sinon, le corps réagit à ce qu'il perçoit comme de la malnutrition », explique Gidus. Multipliez votre poids actuel par 10 et 12 pour trouver votre consommation de calories quotidienne maximale et minimale.
  2. VARIEZ LES ACIDES AMINÉS Sans vous arrêter au seul blanc de dinde, mangez 1 g de protéines pour chacun de vos kilos. « Vous augmenterez vos chances de consommer suffisamment d'acides aminés en mangeant chaque jour différentes sources de protéines », affirme la diététicienne.
  3. COMPTEZ VOS HYDRATES DE CARBONE Mangez 2 g d'hydrates de carbone pour chacun de vos kilos. Cela constitue un bon équilibre avec la ration de protéines pour relever votre niveau de testostérone, toujours selon Tara Gidus.
  4. NE CRAIGNEZ PAS LES GRAISSES SATURÉES Entre 20 et 30 % des calories quotidiennes devraient provenir des graisses, et pas seulement des graisses insaturées conseillées pour le cœur, comme celles de l'huile d'olive, Les graisses saturées contiennent du cholestérol, qui est un précurseur essentiel à la production de testostérone. Assurez-vous qu'entre 5 et 10 % de vos calories quotidiennes proviennent de graisses saturées issues d'aliments comme la viande rouge ou le jaune d'œuf, Franchement, vous aimez ces omelettes aux blancs d'œufs ?

samedi 20 octobre 2018

  « Une étude de l'université de Durham,en Angleterre, publiée dans Nature Ecology &E volution remet en question la théorie selon laquelle les niveaux de testostérone sont contrôlés par la génétique et affirme au contraire que les niveaux de testostérone chez les hommes sont largement déterminés par leur environnement pendant l'enfance. Les hommes qui grandissent dans des conditions plus difficiles, où il y a beaucoup de maladies infectieuses, par exemple, montrent des taux de testostérone plus faibles que ceux qui grandissent dans des environnements plus sains.
Les chercheurs affirment que ces différences sont liées à l'utilisation de l'énergie : il ne semble possible d'avoir un taux élevé de testostérone que si le corps n'a pas d'exigences prioritaires, comme la lutte contre les infections par exemple. En revanche, dans les pays où l'on constate de nombreuses maladies ou de nombreux cas de la malnutrition, les hommes utilisent leur énergie au profit de la survie, au détriment de la testostérone. » Men's