Les théologiens tentent de définir la position la plus chrétienne pour concevoir un croyant. Et c'est le missionnaire — bien sûr ! — qui l’emporte. Malheur à la femme qui a l'idée saugrenue de monter à califourchon sur son «maitre»   "la matrice est sens dessus dessous" et « ce qui est dedans se répand dehors », tonne le dominicain Albert le Grand. Le missionnaire permet au sperme de mieux cheminer dans le corps de l‘homme. 
Depuis Hippocrate (-400) on pense en effet que la sève du mâle part du cerveau, chemine par l'oreille, passe par la moelle épinière, longe les reins. les testicules et sort par la verge.

samedi 10 février 2018

  « Après l'étreinte, la matrice (c'est—à—dire l'utérus) se ferme totalement et se contracte de tous côtés pour retenir la semence. Ce qui se passe ensuite relève de la providence. Les dissections étant interdites "l‘Eglise et horreur du sang" déclare le concile de Tours en 1163, on explique la genèse de l’embryon en se référant aux Anciens. Et ce n‘est pas simple, car la fécondation fait l'objet de violentes polémiques depuis l’Antiquité. ll s’agit de savoir si la femme a un rôle quelconque dans l'affaire. Selon Hippocrate, elle est aussi active que le mâle, car, comme lui, elle produit du sperme. Au contraire. les partisans d‘Aristote tiennent la future mère pour un "mâle stérile". un vulgaire réceptacle que l‘on peut très bien féconder sans orgasme.
Cette dernière thèse sera adoptée par les docteurs de l'Eglise. car elle conforte leur vision misogyne du monde. » Ca m'interesse

samedi 10 février 2018

  « Après la conception commence la grossesse proprement dite. La nature a bien fait les choses puisque, selon la science médiévale, les règles coulent à l'intérieur pour nourrir le fœtus. La femme. elle. perd complètement la tête. Le bébé prend possession de son corps. Elle est assaillie par des envies. comme manger de la terre et du charbon ou des fruits comme pommes et mûres , écrit Albert le Grand. » Ca m'interesse