COMMENT FAIRE POUR DÉCHIFFRER LES ÉTIQUETTES ?

l'industrie agroalimentaire ne faL cilite pas les choses. En principe, les ingrédients doivent être répertoriés par ordre de quantité. Vous devez être attentif aux ingrédients suivants : le sucre, quand il s'avère être l’un des trois premiers ingrédients ou déguisé sous forme de sirop de glucose, saccharose, isoglucose et sirop de maïs. De méme, évitez l’amidon ou la farine blanche.
Tenez-vous à l'écart des acides gras trans.
Les exhausteurs de goût (glutamate) ou les substances aromatiques posent eux aussi problème. Une autre source de problèmes est représentée par une longue liste d’additifs alimentaires. Plus il y en a, et plus la nourriture est artificielle. De manière générale, en faisant vos courses, veillez à ce que les aliments artificiels ne ruinent pas votre palais.


dimanche 16 septembre 2018

  « L'allégation santé L’Union européenne autorise l’allégation de santé selon laquelle consommer
des produits contenant des édulcorants diminue l’augmentation du sucre dans le sang par comparaison à des produits sucrés. Mais ne vous y trompez pas : si le fait de ne pas manger de sucre n’augmente pas le taux de glucose dans le sang sur le moment, rien ne prouve que la consommation d’édulcorants limite la prise de poids.

_______________ » CAM

dimanche 16 septembre 2018

  « Officialisé en octobre, le logo 2017, Nutri-score permet d’aiguiller le consommateur vers les aliments les plus sains. À ce jour, une quarantaine d’industriels et de distributeurs se sont engagés à l’apposer sur leurs produits.

Pour évaluer le Nutri-score des denrées non étiquetées, Santé publique France va mettre en ligne un calculateur.

Le principe : en combinant les éléments à composantes “négatives” (sel, sucres simples, acides gras saturés et calories) indiquées sur l’emballage, à ceux à composantes “positives” (teneur en fruits et légumes, légumineuses et fruits à coque de l’aliment, fibres et protéines),

l’outil classe les produits en cinq couleurs – du vert (très bonne qualité) à l’orange foncé (déconseillé). » Que-Choisir

samedi 27 octobre 2018

  « Les résultats d’une étude parue dans la revue PloS Medicine confirment le lien entre la consommation d’aliments gras, salés, sucrés et transformés et le risque de cancer, comme nous l’évoquions dans notre dossier. Des chercheurs ont passé au crible la consommation alimentaire de plus de 470000 adultes vivant dans dix pays européens. Résultat, ceux qui mangent régulièrement des aliments mal notés par le Nutri-Score ont un risque augmenté de 7 % de développer un cancer. Cette probabilité est particulièrement observée pour le cancer colorectal, du poumon, des voies aérodigestives supérieures et de l’estomac chez les hommes, du foie et du sein chez les femmes. «Ce travail montre la pertinence et l’intérêt de ces scores nutritionnels », souligne la docteure Mathilde Touvier qui a coordonné l'étude. » CAM

lundi 19 novembre 2018

  « le surimi est un mélange fait de protéines de poisson, d'exhausteurs de goût, de colorants et de conservateurs parfois, et destiné à imiter une crevette géante. N'y touchez pas ! » Men's

samedi 24 novembre 2018

  « le pain blanc. Peu importe qu’il se présente sous la forme de baguette, de petit pain ou de pain grillé : le pain blanc possède un index glycémique élevé, qui fait monter le taux de sucre dans le sang et libère de l'insuline. Résultat : votre taux de sucre dans le sang retombe rapidement et le sucre est stocké sous forme de graisse. Un autre désavantage, c’est que la baguette est fabriquée à partir de farine blanche (T45). Le grain est décortiqué, finement moulu et tout le son est retiré. Maintes vitamines et minéraux, que l’on trouve ordinairement dans la balle, sont perdus. Pire : le manque de fibres fait que vous avez faim plus vite. Le pain blanc ne contient pas de fibres, juste des calories. » Men's