CRÈMES SOLAIRES

4 crèmes sur

les 21 testées affichent des indices qui ne correspondent pas à leur effet réel. Les ' autres protègent bien mais plusieurs formulations sont

à revoir.

FABIENNE MALEVSSON. RÉDACTRICE TECHNIQUE GAÉLLE LANDRY

Den maquæn néputéea œ tout qmllen

haquc fois que nous testons les crèmes solaires, quelques-unes écopent de mauvaises notes pour cause de protection insuffisante contre les rayons ultraviolets. Dans notre sélection de 2016 (QC n° 549), cinq références ne tenaient pas leurs promesses concernant les UVA (les plus sournois, car ils ne provoquent pas de coups de soleil mais sont facteurs de cancers à long terme). Mais, au moins, toutes les crèmes protégeaient efficacement des UVB, qui engendrent àla fois coups de soleil et cancers (mélanomes et carcinomes). Nous pensions donc que cette fonction était maîtrisée par les fabricants. Erreur: cette année, trois références échouent sur les UVB, dont deux de marques réputées, Clarins et Clinique, et une autre, plus confidentielle (Hawaiian Tropic), dont l’imprudent slogan est «les meilleurs protecteurs solaires ». Clinique s’est affranchi des filtres chimiques. Bonne idée mais l‘exercice n‘est pas maîtrisé puisque les UVA non plus ne sont pas correctement filtrés. Quant à Biosolis, c‘est la deuxième fois que nous testons une de ses références. Et comme l’an dernier la protection contre les UVA est inférieure à celle requise par l’indice. Le fabricant belge avait, comme d‘autres, contesté notre i ] i l' l . .

arguant qu’elle n'était pa.qu "Ïîff“ aux filtres minéraux empl., -. :_—'—°—"‘—’”" en bio. Cette année, nous l‘avons pris au mot et avons appliqué les deux méthodes, in vitro et in vivo, à son produit. Résultat: la seconde donne des résultats encore plus mauvais! Toujours des Ingrédlents lndéslrables Les fabricants des cinq références que nous avions pointées du doigt en 2016 avaient vivement réagi, annonçant notamment qu’ils demandaient aux autorités chargées de la sécurité des cosmétiques — Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) — de contrôler leurs produits pour prouver leur conformité. Interrogée, la DGCCRF ne peut rien dire du fait d’enquêtes judiciaires en cours et l’ANSM n’a finalement pas été saisie. Outre la protection pas toujours au niveau, la composition laisse parfois à désirer. La présence de perturbateurs endocriniens dans trois crèmes dont deux de grandes marques (Nuxe et Uriage) est très regrettable. On peut difficilement se passer des crèmes solaires, lesquelles sont utilisées aussi bien par les femmes enceintes que par les enfants. La vigilance des fabricants devrait

i . i . |

PROTECTION CONTRE

LES WA !‘l‘ IND

La protection contre les UVB est

mesurée selon la méthode in vivo

détaillée dans la norme ISO

24444:2010: celle contre les UVA

par une méthode in vitro publiée

par l'interprofession (Cosmetlcs

Europe). Les notes plafonnent

a ** car une protection totale

est impossible.

waurts eosutnoues

Par qualités cosmétiques. on %

d'étalement, rapidité d'absorption. traces blanches. el lei collant ou gras, parfum. sensation sur la peau. 30 personnes ont utilisé et jugé chacune 2 produits. puis précisé si elles étaient prêtes a les acheter. Les 3 produits bio sont les moins appréciés. surtout du fait de leur texture et de leur odeur. COMPOSITION Elle est analysée par une lecture des étiquettes. Les crèmes contenant des perturbateurs endocriniens sont a bannir chez Mhn&adflumfi£t_

femmes enceintes une pastille rouge indique un risque significatif. une jaune un risque ||mlté (dans l‘état actuel des connaissances). Celles renfermant du phemxyethaml sont à éviter chez les moins

de 3 ans. La présence d'un ou plusieurs des 26 allergènes à déclaration obligatoire est fréquente. Deux cas de figure pour les références notées Il: Nivea Sun protect & bronze contient un allergène Qui ‘)L'l dll uu::l rnxlque pour

la reproduction et qui est logé non sûr; les autres cumulent au moins 4 allergènes (Clarins 9l). Pourtant. 5 références n‘en ont pas. Privlléalez-les si vous avez un terrain allergique au des enfants (3 autres n‘en ont pas non plus mais pèchent sur d‘autres critères). La presence de nanoparticules doit légalement être spécifiée mais. le risque pour la santé restant mal cerné. m… nréclsons seulemnt si c‘est l. rnv. ___—___,

Wal“

on juge la lisibilité. la pertinence des allégations et des mises en garde (prudence vls-à-vls du soleil). Lavera n‘est pas bien noté car la plupart des informations ne sont pas en français.

(1) Ethylhexyl methoxycinnamate

(Z) BHT

(“il Dr:-uvloarnben.

(A) aenzonhcnonc ).

Mixa Brume solaire peau semble

13.55 « | ** | ::../î»

> Cette crème d‘un prix abordable offre une excellente

protection. Le facteur UVB a été mesuré bien au-delà de l'indice 30 et la filtration des UVA est également performante.

La composition est sans reproche pour les adultes mais la présence du phenoxyethanol incite à ne pas s'en servir pour les tout—petits, pour qui cet ingrédient serait toxique. Le test d‘usage a convaincu nos utilisateurs sur tous les critères, seul le parfum est jugé

« moyen ». Cette crème est en effet formulée sans parfum, ce qui lui permet d‘être exempte d’allergènes.

Ambre solaire brume sèche

so.» « | ** | u,sno L‘Oréal Sublime sun cellular protect ts,4s | ** | «,un L‘Oréal Sublime sun hydrafresh PLŒCÏ____ 11.71 « | ** | “.:/20 Biotherm Fluide wet or dry skin ao,so « | ** | “.:/zo Avène Eau thermale haute EO_ÏÊCÜO"À_13.10 « | ** | “.:/no Vichy idéal soleil gel de lait MÊM13.oo « | ** | u.mo

> Ces produits ont en commun d'offrir une bonne protection, à la fois contre les UVB et les UVA. et d'être appréciés des utilisateurs pour leurs qualités cosmétiques. Leur composition ne souffre pas de défauts majeurs s'ils sont destinés à des adultes (sans terrain allergique pour Ambre solaire, qui pourrait faire un effort pour éviter d‘accumuler sept allergènes !). Du fait de la présence de ohenoxyethanol. on les évitera chez les moins de 3 ans. Seul Avène n'en contient pas mais annonce des nanoparticules. Dommage car, pour le reste, sa formulation est convaincante.

lundi 30 juillet 2018

  « CRÈME SOLAIRE L'ERREUR : laver ses mains après l'avoir fait. C'est une des rares occasions où il est préférable de ne pas se laver les mains. Si vous vous les savonnez après vous être enduit de crème solaire, vous laissez une surface cruciale de peau exposée aux dangereux rayons UV, pouvant entraîner un vieillissement accéléré de la peau sur cette zone non protégée. Enduisez vos mains d'une généreuse couche de crème solaire, comme vous le feriez pour les hydrater avec de la crème protectrice, et n'oubliez pas vos ongles. Oui, ils sont constitués de cellules mortes, mais letissu sous-jacent est vivant et exposé au risque de mélanome et autres cancers de la peau avertit la Skin Cancer Foundation » Men's Fitness