2016-Europe, Brexit

en septembre selon MVVA

Comme si de rien n’était !
Un rapide coup d’œil sur l’évolution des marchés actions cet été ferait presque oublier le minikrach boursier provoqué fin juin par la décision surprise des Britanniques de quitter l’Union européenne. 
Wall Street enchaîne les records historiques avec un indice Dow Jones en hausse de 3 % sur deux mois. 

 

A Paris, la référence des quarante plus grosses capitali- sations s’est appréciée d’un peu

 

moins de 1,5 %, pour revenir au-dessus du seuil des 4 400 points,
après avoir chuté de plus de 11 %, à un plancher de 3 955 points au
lendemain du Brexit. Le scénario du pire a donc été évité.

 

Les banques centrales à la manœuvre. Comment ? Visiblement, le nouveau gouvernement britannique et Bruxelles souhaitent se donner le temps d’organiser la sortie du pays en

 

douceur afin de limiter les effets négatifs sur la conjoncture. La Banque d’Angleterre est égale-
ment à la manœuvre. Elle a décidé d’employer les grands
moyens en abaissant, pour la pre-
mière fois depuis 2009, d’un
quart de point son taux directeur
pour le ramener à 0,25 % et en
injectant massivement des liqui-
dités. De son côté, la Réserve fé-
dérale américaine a choisi de ne-
pas attiser la volatilité des mar-chés en retardant une nouvelle fois le durcissement de sa poli-
 
tique monétaire