Contrats d'assurance

Æ%ŒÎEË LEE MENAŒ E »
MANS WS ŒŒAMMES

A…äumflùfle,maüomæmtä…
mfm朮rfiä fina tendance à las;oublæg
wnqîn;de coq;a_my dascbntrmñnadap£és
ex—äe» sauÆsfire=d= m…n Uhm‘ s‘imnnse.

De nos iours, l‘assurance est tellement
présente dans la vie quotidienne que
c'est à peine si l'on ne vous propose pas
de vous garantir pour mettre un pied
devant l'autre ! Avant d'accepter tous
les contrats que l'on vous présente en
toute occasion, vérifiez que vous n‘êtes
pas déjà couvert, que vous avez réelle—
ment besoin de la garantie en question
et que le jeu en vaut la chandelle. Quant
à vos anciens contrats, il n'est pas super-
flu d'y ieter un coup d'oeil de temps à
autre pour vérifier qu'ils sont toujours
adaptés à vos besoins.

Reflechrssez bien

avant de souscn re

Que vous vous rendiez à votre banque
pour demander un découvert ou pour
régler toute autre question, que vous
achetiez du matériel à un prix relativement
élevé ou que vous réserviez des vacances
par Internet, vous risquez d'être confronté
à la même question : désirez—vous une
assurance ? Sur le Net, la chose est plus
insidieuse, puisque, parfois, la case assu-
rance est précochée... C'est à vous de
la décocher pour ne pas être assuré auto
matiquement. Chaque fois que la ques—
tion vous est posée, prenez le temps de
vérifier que vous en avez bien besoin.

Évitez les doubles emplois
En fonction de leurs objectifs, les com—
merciaux des compagnies d'assurances
ou des établissements bancaires vous
démarchent régulièrement en vue de
vous faire souscrire un contrat.
Ainsi, on vous fera valoir l'intérêt d'une
assurance de protection juridique pour
vous défendre en cas de litige de la vie
quotidienne (voisinage, consommation,
droit du travail. …). Vu son faible coût (envi-
ron 70 ou 80 € par an pour un contrat de
base), il est facile de se laisser aller à
signer. Pourtant, vous pourriez faire cette
économie en lisant deux contrats : votre
contrat multirisque habitation et votre
contrat porteur de carte bancaire. En
effet, certains incluent d'emblée une
assurance de protection juridique. Dans
ce cas, appréciez l'étendue de la garan-
tie et ne souscrivez de contrat spéci-
fique que s'il couvre des domaines non
garantis par vos contrats actuels.
Sur Internet, à l'occasion de l'achat d'un
voyage, vous êtes invité à souscrire pour
une assistance. Or, cette couvenure n‘est
pas forcément utile, les contrats de carte
bancaire comprenant souvent cette
garantie. Sur les cartes haut de gamme,
l'annulation sera également couverte, à
condition d'avoir réservé votre voyage
avec votre carte. [étendue des garanties
varie selon les contrats, qui seront d'au—
tant plus généreux que votre carte sera
haut de gamme. Assistance et annule-
tion sont aussi proposées dans la plupart
des contrats multirisques habitation et
complémentaires santé. Cependant, ne
vous faites pas d'illusions : souscrites
indépendamment ou associées à votre
Carte, ces assurances contiennent de

nombreuses exclusions. N'espérez pas
annuler pour convenance personnelle
avec celles—ci !

Mesurez l‘intérêt de la souscription
Les cotisations sont parfois chères au
vu du service rendu. Ainsi, l'assurance
décès-invalidité n'est pas obligatoire en
cas de souscription d’un crédit à la
consommation. Pour de faibles mon—
tants d‘emprunt, abstenez—vous !

De même, protéger votre téléphone por—
table contre le vol vous coûtera au bas
motde2à3€parmois, soitde24à36€
par an. Mais, à ce prix—là, pas de garanties
luxueuses... et de nombreuses exclu-
sions. Ainsi, le vol n'est pris en charge
qu'en cas d‘agression ou d'effraction.
Un maître mot : lisez bien les conditions
générales des contrats que l‘on vous
propose. En prenant conscience des
nombreuses exclusions et conditions de
mise en œuvre, vous conciurez souvent
a leur inutilité au regard de leur coût.

Actualisez vos contrats
au plus près des besoins

De même que l'on vous conseille de
réévaluer régulièrement le capital assuré
en multirisque habitation, au fur et à
mesure de vos acquisitions ou des tra—
vaux réalisés dans votre logement, la de—
marche inverse se justifie pour revoir
l'étendue de garanties àla baisse. Sans
compter qu'il n'est pas rare de décou—
vrir des doublons dans ses contrats…
Chasse: les doublons

Sur les conseils de votre assureur, vous
avez souscrit une garantie des accidents
de la vie (SAV) pour protéger votre
famille et vous—même en cas d'accident
domestique ou tout autre accident sans
tiers responsable. Prenez le temps de
regarder vos autres contrats : peut—
ètre avez-vous souscrit une extension
”individuelle accident" avec votre mul—
tirisque habitation ou indépendam—
ment ? Dans ce cas, il y a des chances

que cette dernière ne se justifie plus.
De même, il est inutile de souscrire une
assurance scolaire si votre multirisqu9
habitation protège vos enfants dans ce
cadre. Et, lorsque vos enfants grandis-
sent et quittent le foyer, prenez contact
avec votre assureur pour expurger votre
contrat des garanties devenues inutiles.
Btlmez vos besoins réels

Si une assurance dommages tous acci-
dents (tous risques) se justifiait pleine—
ment lorsque vous avez acheté votre
voiture neuve, 6 ou 7 ans après, elle
n‘est plus très adaptée. Contentez—vous
d'une assurance aux tiers et d'une garan—
tie conducteur, vous gagnerez trés vite
plusieurs centaines d‘euros.

En matière de complémentaires santé,
il y a aussi lieu de réaliser des écone
miss. En effet, de nombreux consom-
mateurs souscrivent des contrats à
garantie élevée dans des secteurs dont
ils n‘ont pas besoin (optique ou dentaire,
par exemple, pour quelqu'un qui n‘a pas
de problèmes de vue ou de dents). En
adaptant votre contrat à vos besoins
réels et en comparant (grâce aux nom-
breux comparateurs sur Internet), il est
possible de faire baisser la note. I

DOUBLES COMPLÉMENTAIRES

>>> Lors d'une em-
bauche, un employeur
pour vous imposer
une mutuelle de
groupe, même si vous
en avez déjà une
àtitre individuel ou
si vous êtes couvert
par celle de votre
conjoint. lin projet de
loi orévoit que, dans
ce cas, vous nuissiaz
résilier votre contrat
individuel sans
orêavis, mais sait-on

s'il sera adopté ?

En attendant vous
avez deux moyens

de réagir face à cette
obligation :

> demandez une
dérogation à votre
emuloveur. Celle-ci
est possible si c'est
prévu nat le contrat
de groupe signé uar
l'entreprise. Dans ce
cas, l‘emploveor vous
demandera de justi-
fier tous les ans une

vous êtes bien cou—
vert par ailleurs;

> si aucune déroga—
tion n'est uossihle.
vous DuuVBZ vous
faire rembourser par
les deux mutuelles,
à condition d'avoir
informé chacune

de l'existence

de l'autre et à condi-
tion ouo le total

des remboursements
uercus ne déoasse
pas les frais exposés.

Assureurs en ligne, comparateurs sur Internet,
nouveaux venus sur le marché. .. Mettez votre
assureur en concurrence, et n’hésitez pas à le
quitter pour profiter de nouvelles opportunités.

Principale préoccupation des assureurs :
recruter de nouveaux clients. Pendant
ce temps, ils oublient de prendre soin de
leur portefeuille d'anciens assurés, qui
paient souvent plus cher que les nou-
veaux, à prestations équivalentes, et
voient chaque année le prix de leurs coti—
sations augmenter sans bronoher. Pensez—
vous que vous êtes marié avec votre

assureur ? Savez—vous que le divorce est
possible ou, au minimum, que les condi-
tions du contrat sont renégociables ?
D'autant que, depuis la loi Chatel de
2005, il est devenu plus facile de changer
d'assureur.

Faites jouer
la concurrence

De nombreux contrats arrivant à éché-
ance en début d'année, certains assu-
reurs vous démarchent pour vous
proposer un devis, à comparer avec votre
contrat actuel. Ne refusez jamais une
telle offre, elle peut vous ouvrir les yeux !
lnt6nsm—vous aux nouveaux
venus sur le marché

En janvier dernier, Tati annonçait qu‘il
se lançait dans l'assurance. Les nou-
veaux arrivants méritent que l'on y prête
attention : ils sont toujours enclins à
concocter des contrats à tarifs très
concurrentiels pour attirer le chaland.
Attention tout de même à vérifier que la
garantie correspond bien à vos besoins. ..
Du point de vue des tarifs, Internet
a bousculé le marché. Les assureurs
qui s'y sont lancés sont en effet en
moyenne 20 % moins chers que les
assureurs traditionnels, du fait de frais
réduits à garanties comparables.
Abuse: des comparateur:

en ligne et... compumz—lu !

Les comparateurs tels qu’Hyperassur,
Assurland, KelAssur et bien d'autres
encore vous permettent de trouver l'as—
sureur le plus compétitif pour un besoin

donné. Pour cela, il vous suffit de rem-
plir le formulaire en ligne en détaillant
précisément votre profil et la nature
de la garantie recherchée. Quelques
conseils :

|» comparez les comparateurs ! Dans
la mesure où ils travaillent tous avec des
partenaires différents, c'est le moyen
d'en tester le plus grand nombre ;

!” comparez tout ! Ne regardez pas
que les prix. Un tarif très concurrentiel
cache parfois des franchises très éle-
vées. Épluchez les conditions de la ga—
rantie, notamment la mise en œuvre de
la garantie vol en habitation.

Henégociez ou résiliez
votre contrat

Que vous ayez trouvé moins dior ailleurs
ou que vos besoins aient diminué, vous
avez de bonnes raisons de contacter
votre assureur pour revoir les conditions
de votre contrat. Et peut—être de bons
motifs de le quitter pour un autre...
Les outils de la négociation

Si le risque assuré diminue, demandez
à votre assureur de revoir votre contrat
(et votre cotisation) à la baisse.

Un exemple : vous avez déclaré votre
véhicule pour les trajets entre votre
domicile et votre travail ; or, vous vous
déplacez désormais en transports en
commun, ou vous ne vous déplacez
plus, ayant perdu votre emploi.

Si vous roulez peu, vous pouvez aussi
lui demander de vous proposer un
contrat d’assurance au kilomètre, encore
appelé « payes you drive ». Les formules
varient selon les assureurs. Certains
vous proposent plusieurs forfaits selon
un nombre maximal de kilomètres envi-
sagé. Si vous dépassez ce quota, vous
paierez un supplément (parfois cher) par
kilomètre. D‘autres vous proposent de
ne payer qu'en fonction du nombre de
kilomètres parcourus. Si votre assureur
actuel offre cette possibilité, il faut
peutêtre I'étudier.

Une réslliatlon facilitée

Si vous découvrez une offre plus
intéressante que votre contrat actuel,
commencez par prendre contact avec
votre assureur pour lui demander
de s’aligner sur les tarifs du concurrent.
S‘il refuse, ne partez pas perdant,
rien ne vous empêche de résilier
votre contrat pour conclure ailleurs.
La loi Chatel de 2005 vous facilite la
tâche. En effet, pour les contrats à
tacite reconduction (les plus fréquents),
elle prévoit que l‘assureur doit vous
rappeler la date limite de résiliation
de votre contrat dans son avis d‘éché—
ance annuel. Toutefois, si cet avis vous
est adressé moins de 15 jours avant
ladite date (cas très courant), voire
après, vous avez alors 20 jours à como
ter de la date d'envoi de cet avis‘ pour
dénoncer votre contrat, le cachet de la
poste faisant foi. Et si, d‘aventure, l'as-
sureur ne vous délivrait tout simplement
pas cette information. vous auriez alors
la possibilité de résilier votre contrat à
tout moment par lettre recommandée
avec avis de réception. La résiliation
prend effet dès le lendemain de l'envoi
de votre lettre. I

.:_iiiiiE ruineeiri_uerîfrii{Eai‘rorfie trutpera

‘ >>> tout le monde

‘ a entendu parler de
la couverture maladie
universelle (CMU)
ou de sa complémen-
taire santê (EMM),
réservées aux person—
nes dont les ressour—
ces sont modestes.
>>> Mais les foyers
dont les revenus
sont au-dessus
des plafonds pour v
avoir droit sans pour
autant rouler sur l'or
ne sont pas en reste.

Si vous dépassez les
plafonds pour bénéfi-
cier de la mur: de
35 % au maximum.
vous pouvez bénéfi-
cier d'une aide à l'an:
ouisition d‘une com—
plémentaire santé.
Depuis le ]" ioillet
201 l. si vos res—
sources dos Il der-
niers mois sont com—
prises mon 7 771

et II] 451 € (lover
d'une personne
seule). entre II 857

et 15 737 € (lover de
2personnes). ou plus
selon le nombre

de personnes compo-
sant le loyer, vous
pouvez prétendre
aono aide de illfl €
pour les personnes
âgées de moins

de 15 ans de lili] €
pour celles de rca
49 ans. de 350 € par
personne âpée de En
à59 ans. ou de EDI] €
par personne âgée

de ou ans ou plus. l