2015, Banque en Ligne

Faut-il passer à la banque en ligne ? (60m)

Diffcile de ne pas être tenté... Les banques sur Internet offrent une quasi-gratuité de la gestion
du compte et une gamme de produits d’épargne survitaminés. Mais il existe quelques réserves
quand même. Mieux vaut les connaître avant de quitter sa banque traditionnelle.

 

Cartes bancaires gratuites, retraits

 

sans taxe dans tous les distribu-
teurs, frais d’opposition nuls, décou-
verts à taux préférentiels, pas de frais de
tenue de compte, petite prime d’arrivée...
Sur le papier, les banques en ligne sont
bien plus séduisantes que leurs homolo-
gues des rues. Et dans la réalité ?

 

SONT-ELLES VRAIMENT

 

MOINS CHÈRES ?
Oui. C’est même impres-
sionnant. Selon le palmarès
annuel 2014 de l’association
Consommation, logement et
cadre de vie (CLCV), la facture
moyenne est trois fois moins
élevée pour le “petit consom-
mateur” de services bancaires,
deux fois moins élevée pour le
“consommateur moyen” et 1,6 fois

 

Hello Bank
se distingue
B
À SA O V N
OIR
La banque en ligne de la BNP est
la seule à imposer un forfait en cas
de découvert : 4,50 € par trimestre,
en plus des agios. Ne serait-ce pas
un peu usuraire ? Autre pratique
déplorable, l’émission systématique
de carte bancaire avec la fonction
mal sécurisée du paiement sans
contact (voir «60» n° 493, mai 2014),
parfois accompagnée avec un
certain cynisme de la proposition
de s’assurer contre la fraude.

 

 

inférieure pour le “gros consommateur”.
Remarquable également : Boursorama,
Fortuneo, Hello Bank et ING Direct ne fac-
turent pas de commission d’intervention
au-delà du découvert autorisé, contrai-
rement à toutes les banques classiques.
Le taux des agios du découvert autorisé
(8 à 9 %) est moindre par rapport à leurs
homologues (14 à 18 %).
Quant aux livrets d’épargne, ils ne
subissent aucuns frais et assurent un
taux de rémunération jusqu’à trois fois
supérieur à celui des livrets tradition-
nels. Les contrats d’assurance-vie ? Pas

 

 

de frais sur les versements, et quelques-
unes des plus belles rémunérations de
fonds en euros. Même topo pour les
opérations liées à un compte titres :
absence de droits de garde dans nombre
de cas, frais de courtage limités, accès à
des OPCVM à frais réduits.
Si toutes les banques classiques pro-
posent désormais leurs services sur le
Web, il faut encore trop souvent les payer :
la gestion de son compte en ligne est
facturée dans 55 des 140 établissements
étudiés par la CLCV ! Là encore, la com-
paraison fait mal à la tradition.
S’ADRESSENT-ELLES
À TOUT LE MONDE ?
Non. Il faut en général montrer patte
blanche. Si vous ne percevez pas un revenu
net mensuel de 1 200 € ou si vous n’avez
pas 5 000 € à placer, vous n’aurez pas de
carte à débit immédiat dans trois banques
en ligne (les autres se réservant le droit de
ne pas ouvrir de compte). Pour une carte
haut de gamme gratuite, le droit d’entrée
se monte parfois au-delà des 1 000 € nets
mensuels ou des 10 000 € d’épargne...

 

 

Autre limite : la carte à autorisation sys-
tématique n’est pas disponible auprès
de Boursorama, ING Direct, Fortuneo.
Elles veulent repousser la clientèle per-
cevant des revenus faibles ou irréguliers.
D’ailleurs, les avis à tiers détenteur et les
saisies sur créances font parfois plus mal
que dans une agence... Attention aussi
aux frais de comptes sans mouvement.
Fortuneo va même jusqu’à facturer le
non-usage de la carte !
PROPOSENT-ELLES TOUTES
LA PANOPLIE D’UNE BANQUE ?
Rarement. L’offre de crédit n’est pas
encore très étoffée, même si ça vient
progressivement. Autre inconvénient,
plus important, l’impossibilité de déposer
des espèces, sauf à passer par un mandat
cash de La Poste, payant. Le dépôt de
chèque n’est guère aisé non plus, puisqu’il
faut l’envoyer sous enveloppe au siège,
avec un délai d’encaissement allongé. Les
opérations qui ne sont pas efectuées en
ligne sont globalement bien taxées.
Notons cependant que Monabanq propose
gratuitement un bordereau numérique

 

 

pour enregistrer son chèque directement.
Et que Hello Bank dispose de l’ensemble
du réseau d’agences BNP Paribas pour
efectuer ces opérations aux guichets.
SONT-ELLES AUSSI SÛRES
QUE LES BANQUES EN DUR ?
Les banques du Web sont des fliales de
groupes fnanciers (Société générale pour
Boursorama, Crédit mutuel pour Fortu-
neo et Monabanq, BNP pour Hello Bank,
Groupe ING pour ING Direct), elles pré-
sentent donc les mêmes garanties.
En conclusion, tous ces établissements
en ligne prouvent que les services ban-
caires standard peuvent être beaucoup
moins chers. Si vous fréquentez votre
agence régulièrement, la bascule vers
le tout Internet risque d’être difficile.
Sinon, rien ne vous empêche d’ouvrir
un compte en ligne, tout en conservant
un compte de dépôt en agence. Vous
verrez bien à l’usage si le dur dure, et
si progressivement le compte en ligne
devient votre compte principal.