____________________

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Le crédit d’impôt clarifié:

L’ arrêté publié le 7 mars 2019 au Journal officiel précise les plafonds de dépenses qui donnent droit au crédit d'impôt de 30 % sur les travaux d'économie d'énergie réalisés en 2019. 

Premier point, les chaudières fioul n'y ont plus droit. Les réintroduire aurait été un non-sens, le ministre de la Transition écologique ayant annoncé, en janvier dernier, vouloir éradiquer le chauffage au fioul, trop polluant. 

Deuxième point, le crédit d'impôt est réintroduit sur les fenêtres. Mais son taux n'est que de 15%, avec un plafond de dépenses fixé à 650 € TTC par fenêtre. Il faut en outre que ces fenêtres remplacent de simples vitrages (voir aussi notre enquête, p. 22).

Enfin, le crédit d'impôt de 30 % est limité à des plafonds de dépenses pour certains travaux, notamment les plus courants.

  • 3350 € TTC pour une chaudière à condensation (sauf au fioul) dotée d'un rendement en chauffage d'au moins 92 %.
  • 3000€ TTC pour un chauffe eau thermodynamique. Mais 4000€ TTC,en incluant la pose, pour les ménages modestes dont Les revenus entrent dans les limites définies par l'Agence nationale de l'habitat (Anah).
  • 150 € TTC/m2, matériel et main-d'œuvre compris, pour l'isolation par l'extérieur.
  • 100 € TTC/m2, matériel et main-d'œuvre compris, pour l'isolation par l'intérieur.

Les ménages modestes ont 50 % de crédit d'impôt sur la dépose de leur cuve à fioul.

________________ 

  • 2010/09 installation Chauffage central et radiateur: 7'500€
  • 2011/09 Demoussage toiture: 500€
  • 2012/11 ravalement de façade: 7'800€
  • 2014 Cuisine 3270 €
  • 2016/09 fenêtres: 8500
  • 2016/11 four: 328
  • 2016/11 Canapé: 1100€
  • 2017/02 dépendance+escalier+cave: 9000
  • 2018  Étage (toiture, vmc, velux: 5'500) et (plancher 14'000) et (murs:10'000)
  • 2019 Frigo:700€
_______________________________________________

Si vous réalisez des travaux de rénovation énergétique, vérifiez que l’artisan est bien Reconnu garant de l’environnement (RGE).
« Un nombre croissant d’entreprises utilisent la mention de manière abusive »,

ont mis en garde, fin 2015, les trois organismes de qualification Qualibat, Qualifelec et Qualit’EnR (énergie renouvelable).
La mention permet aux particuliers d’identifier des professionnels qualifiés en matière de rénovation énergétique et d’énergie renouvelable.
Elle est délivrée aux entreprises qui répondent à des exigences de formation et d’assurance et dont le travail est audité.

Lancée fin 2011, elle ne s’est vraiment développée que lorsque le recours à un professionnel RGE est devenu
obligatoire pour avoir droit à des aides financières :

  • septembre 2014 pour l’éco prêt à taux zéro et les certificats d’économie d’énergie et
  • janvier 2015 pour le crédit d’impôt pour la transition énergétique.

En parallèle, les usages abusifs ont augmenté. « Nous avons enregistré 110 signalements en 2015, contre une trentaine précédemment », indique Qualibat.

Les particuliers courent alors le risque de travaux moins bien faits et de subir un redressement fiscal. Ils
sont donc invités à s’assurer que l’entreprise fait partie des 47 000 labellisés RGE en consultant le site www.renovation-info-service-gouv.fr.
Ce site permet de vérifier aussi que la mention a été obtenue pour la catégorie de travaux à réaliser et pas pour d’autres (isolation du toit, ventilation, pompe à chaleur...).

dimanche 09 décembre 2018

  « De 2014 à 2016, plus de 5 millions de propriétaires ont réalisé des travaux de rénovation énergétique, soit 32% du parc d'habitat individuel. En revanche, les économies d'énergie sont minimes, précise l'étude. Seules 25% ont fait gagner au moins une classe de DPE (le diagnostic de performance énergétique), et à peine 5% ont produit un gain de deux classes ou plus. Les consommateurs ont pourtant eu, en partie, de bons réflexes. À 65%, ils ont effectué un bouquet d'au moins deux travaux d'isolation. Mais Le niveau qui permet de diviser ses consommations d'énergie est rarement atteint.
Un tiers des interventions en combles ou toitures est performant.
Pour les fenêtres et les murs, on tombe à 17%.
La ventilation, indispensable pour renouveler l'air et éviter les moisissures, est souvent oubliée. 15% des ménages ont bénéficié d'informations et d'accompagnement, ce qui explique sans doute le manque d'efficacité des travaux.
Les professionnels restent incapables de bien conseiller Leurs clients, ce que la dernière enquête de Que Choisir avait démontré (QC n° 553). » Que Choisir