1800 Pourquoi la suisse

au coeur des progrés européens ?

1800-Pestalozzi

Yverdon http://www.centrepestalozzi.ch/

Mme Niederer écrit à Murait, le 9 mai 1813 :

« L'état de  l'institut a été longtemps désespéré, ainsi que l'état des esprits, en qui ne subsistait plus ni courage, ni confiance dans la possibilité de maintenir l'existence de l'établissement... Mais  réjouis-toi avec nous, cher et fidèle ami; l'association qui s'est fondée pour le bien de l'humanité est plus solide que jamais, la Providence veille sur elle.

  • Stérn, un homme capable et excellent, est ici comme maître.
  • Nabholz, l'homme si respectable et si respecté de tous, reviendra certainement.
  • Boniface, un Français, enseigne sa langue avec zèle et savoir.
  • Leuzinger, très distingué dans les mathématiques;
  • Egli, comme maître élémentaire de langue et de calcul;
  • Schreiner, comme maître élémentaire; Hientsch, comme maître de musique actif et instruit;
  • Angelini, un Italien, comme maître de dessin, très habile;
  • et enfin, comme le nerf de l'ensemble, Schmid, qui nous est rendu, mûri et ennobli par l'expérience et la culture, et qui travaille au milieu de nous plein de force et d'activité, et probablement n'abandonnera plus un champ d'action qui convient à sa force et à son cœur :

songe à une semblable association, à cette belle source d'espérances, et réjouis-toi avec nous de l'issue de la lutte. »

(Lettre citée par M. Morf, t. IV, p. 423.) Il est singulier que Mme Niederer ne fasse pas mention de Kriisi. Quant à Niederer lui-même, comme depuis son mariage il vivait chez sa femme et n'allait à l'institut que pour y donner l'enseignement religieux, il est naturel qu'elle ne le désigne pas comme un membre de la collectivité réunie dans les murs du château.