Parents-L'histoire du soir

Juste avant de s’endormir, c’est si bon pour un enfant d’écouter une histoire lue par ses parents ! Et pour au moins cinq excellentes raisons… parfaites pour se remotiver le soir quand on manque de temps et que la fatigue est là.

1. Enrichir la relation

L’histoire du soir, c’est un moment à part, comme suspendu. Il n’est plus question d’éducation, de se laver les dents ou des bêtises qui ont été faites dans la journée ! 

Le parent est détendu, assis sur le bord du lit ou sur une petite chaise à côté, dans une attitude de grande proximité. La tendresse, le plaisir et la complicité circulent.

L’enfant sent que son papa ou sa maman est tout à lui, prend du temps pour lui malgré tout ce qu’il a à faire. Tous ces éléments créent une relation sécurisante, enrichissent le lien entre le parent et son tout-petit.

2. Aider votre enfant à se mettre au calme

Beaucoup plus qu’un jeu, une histoire que l’on raconte à mi-voix à la lueur d’une lumière douce, aide un enfant à trouver le calme. Une excellente manière de préparer l’endormissement, mais pas seulement. Ce temps va aussi l’aider à mettre de l’ordre dans ce qu’il a vécu durant la journée, de le digérer.

En invitant son enfant à se poser après une journée trépidante, on lui montre qu’il y a des temps pour tout : certains pour s’activer, d’autres pour prendre du recul par rapport aux choses de la vie, pour s’accorder de l’attention les uns aux autres.

 

Le 22 décembre 2013 Propos de Nicole Prieur recueillis par Isabelle Gravillon pour le supplément “Parents” du magazine Popi de novembre 2013

 

Lire une histoire : un rituel du soir qui apporte beaucoup aux tout-petits !

Juste avant de s’endormir, c’est si bon pour un enfant d’écouter une histoire lue par ses parents ! Et pour au moins cinq excellentes raisons… parfaites pour se remotiver le soir quand on manque de temps et que la fatigue est là.

3. Apprendre à mieux se connaître

Quand on lui lit une histoire, un petit enfant s’identifie aux personnages, et souvent au héros qui accomplit des tas de choses formidables ! Rien de tel pour se construire un narcissisme qui lui servira de moteur dans la vie.

Mais il peut aussi s’identifier aux “méchants” de l’histoire : il s’aperçoit ainsi qu’il n’est pas le seul à être traversé par des sentiments comme la jalousie ou la colère.

Une expérience qui va l’aider à s’accepter tel qu’il est, avec ses bons et ses mauvais côtés. Et à parvenir à une meilleure connaissance de lui-même.

4. Nourrir son imaginaire

Les personnages de l’histoire, les dialogues, les illustrations sont autant de stimulations qui poussent son imagination. L‘enfant peut “broder” autour de cette trame, inventer une autre fin, d’autres personnages, d’autres décors.

L‘imaginaire aide l‘enfant à s’évader du quotidien, à rêver une vie différente sans interdits ni contraintes. Un moment pour échapper à la pression, un remède pour supporter les frustrations et limiter ainsi colères et caprices.

5. Développer son langage

Quand on lit pour son enfant, il baigne dans la langue du récit, bien différente de celle du quotidien, plus élaborée et moins expéditive. Sans en avoir conscience, tout simplement parce qu’il y a du plaisir, le cerveau du petit auditeur travaille à plein régime, s’imprègne de mots nouveaux et de tournures de phrases.

Très souvent, le tout-petit adore répéter des phrases entières de l’histoire qu’on lui lit. Il se familiarise avec le plaisir de jouer avec les mots et la langue. Ainsi, il aura tous les atouts pour devenir un beau parleur !

 

Le 22 décembre 2013 Propos de Nicole Prieur recueillis par Isabelle Gravillon pour le supplément “Parents” du magazine Popi de novembre 2013. Nicole Prieur est l’auteur de “Nos enfants, ces petits philosophes, Partager avec eux leurs grandes questions sur la vie”, éd. Albin Michel.